Théâtre corporel

C’est l’acteur, son jeu, avant d’être investi par la parole. L’acteur est la matière première et substantielle du théâtre par rapport à son accident, la littérature. Avec l’apprentissage des axiomes corporels, l’expérience de la virtuosité et de l’harmonie, l’artiste de scène fait ce qu’il veut, au-delà de ce qu’il peut. Dès lors qu’un véritable langage du corps existe et atteint presqu’au raffinement de la voix humaine, un acteur n’est plus justifié de se comporter de façon insignifiante. L’artiste du corps est conscient de ce qu’il fait quand il choisit de transgresser la parole pour se taire; il cultive le portrait du réel par ses infinies manières d’être et d’agir. Basé sur une vaste théâtrographie, le corpus de l’École OMNIBUS s’attache exclusivement à l’ossature du jeu. C’est la pensée de l’interprète qui pousse ou entraîne le corps, et non le contraire.


ÉTIENNE DECROUX (1898-1991)

Fils spirituel du XVII siècle, son écriture corporelle dramatique brille par la clarté du phrasé et l’inspiration humaniste qu’elle induit. Il questionne les fondements même de l’art théâtral et de sa pratique. Sa carrière, un véritable sacerdoce, est consacrée à la création d’un répertoire théâtral ainsi qu’à l’affinement d’une technique qu’il résume dans un texte mythique, Paroles sur le mime. Ces règles de l’art haussent le mime moderne au rang de genre théâtral. C’est dans des disciplines artistiques les plus diverses que des artistes de renom rendent hommage voire se réclament de leur filiation avec le Maître, sa pensée et sa pédagogie.